Chez le glossopoète

Spikolsös Volapüko!
Quelques pages sur le volapük…

Volapük Vifik: Lärnod Lulid
« Tout passera… »

Nuances du passé

Exactement de la même manière que cette cinquième leçon suit la quatrième, une heure, une journée, une semaine… en suit une autre. Comme le temps passe, il n’y a aucun doute sur le fait que ce qui fait notre présent disparaît, remplissant petit à petit notre passé, qui grandit sans discontinuer:

logob = Je vois (maintenant)
elogob = J’ai vu / Je vis (tout à l’heure, hier, la semaine dernière, le mois dernier, l’année dernière)

En volapük, les événements sont considérés soit comme ayant toujours lieu soit comme ayant eu lieu avec une différence temporelle plus ou moins grande. Pour totalement comprendre ça, il faut nous rendre dans notre « capsule temporelle » spéciale et entrer dans l’action. En fait, le mot « temps » est notre manière de décrire le « facteur temporel » dans les mots appelés « verbes » (marquant le statut, l’être, le devenir ou l’action).

Dans l’exemple ci-dessus, elogob (j’ai vu/je vis) empiète beaucoup sur le présent. Pour cette raison, il est utilisé pour parler sur les événements du quotidien : il est essentiellement le passé connecté au présent.

De plus, il y a un autre genre de passé plus lointain : si je dis « je l’ai vu l’année dernière », un peu de l’excitation du moment a été perdu. En fait, il est le passé devenant de plus en plus lointain, finissant même par devenir historique. Regardez ces deux exemples :

Adelo logob oli = Aujourd’hui je te vois (maintenant) ;
Klu, elogob oli = Donc, je t’ai vu (juste terminé).

Ädelo älogob oli = Hier je t’ai vu (à ce moment) ;
Klu, ilogob oli = Donc, je t’ai vu (bien terminé).

Voyez-vous comment le premier couple se réfère au « ici et maintenant » et au passé immédiat, pendant que le second couple concerne un passé plus distant ?

Nous avons déjà vu que le temps présent n’a pas de voyelle initiale pour le signaler ; cela est fait en volapük moderne grâce à des mots qui contiennent en eux-mêmes l’idée de temps, comme le del (jour) dans les exemples. Comme nous le savons à présent, le passé proche est indiqué par la voyelle e- et maintenant nous apprenons que la voyelle ä- indique un passé défini (au sens de bien terminé) et le i- nous amène encore plus loin dans le passé.

Encore une fois, pour récapituler, si le sujet est en train de faire quelque chose à l’objet, nous sommes à l’actif ; mais si nous préférons dire « tu as été vu par moi », nous entrons dans le passif. Nous sommes déjà parfaitement familiers avec le passif volapük, contentons nous de regarder à quel point il est régulier :

Palogol (fa ob) = Tu es vu (par moi) ;
Pelogol (fa ob) = Tu as été vu (par moi) ;
Pälogol (fa ob) = Tu fus vu (par moi) ;
Pilogol (fa ob) = Tu fus vu (par moi) [il y a longtemps].

Ainsi va le temps, le présent devient passé immédiat qui devient passé défini et, finalement, devient passé historique. Ô temps, suspend ton vol !

Vocabulaire

Un petit peu de vocabulaire, à lire à haute voix, comme d’habitude :

bäldik = ‘vieux’
bäldot = ‘âge (en années)’
bel = ‘montagne’
benö! = ‘bien !’
bevü = ‘entre’
boso = ‘un peu’
bukiselidöp = ‘librairie’
dalabön = ‘posséder’
das = ‘que (conjonction)’
demü = ‘à cause de’
dilekanef = ‘direction’
domio = ‘à la maison’
dönulogö! = ‘au revoir !’
düp = ‘heure’
düpalaf = ‘demi-heure’
fiam = ‘société, entreprise, firme’
fino = ‘au moins’
foldeg = ‘quarante’
foldil = ‘quart’
fümo = ‘certainement’
glid = ‘félicitation’
glidön = ‘féliciter’
golön = ‘aller’
jenöfo = ‘en fait’
jinön = ‘sembler’
juitön = ‘apprécier’
kif?/kim? = ‘qui ? (♂/♀)’
kikodo? = ‘pourquoi ?’
kipladio? = ‘où ?’
klülön = ‘être clair’
kodü = ‘à cause de’
kolkömön = ‘rencontrer’
kotenükön = ‘satisfaire, rendre heureux’
laidareman = ‘un acheteur régulier’
läbik = ‘chanceux, heureux’
länädio = ‘dans le pays’
liegikan = ‘un riche’
löfäb = ‘un être aimé, un être cher’
lomio = ‘à la maison’
lut = ‘air’
mated = ‘mariage’
matikön = ‘se marier’
matirajanan (hi/ji) = ‘fiancé’
memön = ‘se souvenir’
mon = ‘argent, monnaie’
mödikna = ‘souvent’
mödo = ‘beaucoup’
mu = ‘extrêmement’
neai = ‘jamais’
no latikolöd = ‘ne sois pas en retard’
no nog = ‘pas encore’
patik = ‘spécial’
pos = ‘après (temporel)’
poso = ‘ensuite’
pöfikan = ‘un pauvre’
primön = ‘commencer’
prüdö! = ‘prends soin !’
pul (hi/ji) = ‘un/une jeune’
sevön = ‘savoir’
spelön = ‘espérer’
spidön = ‘se dépêcher’
spikot = ‘une conversation’
suvo = ‘souvent’
sülö! = ‘ciel !’
takädön = ‘se détendre’
tävön = ‘voyager’
te = ‘seulement’
tedabüsid = ‘affaires, commerce’
tikön = ‘penser’
= ‘à (temporel)’
us = ‘là’
(in) valem = ‘(en) général’
ye = ‘cependant’
yel = ‘une année’

Exercices

1. Traduire le dialogue ci-dessous en français:

SPIKOT BEVÜ PULS TEL

DAVID: Glidis, o Katlin!

KATLIN: Glidis ole, o David! Kipladio golol-li?

DAVID: Golob domio ela Samül - ed ol-li?

KATLIN: Ün timül at, golob lomio; poso spelob ad visitön ziomi oba.

DAVID: Lio panemom-li?

KATLIN: Panemom Karl e binom liegikan.

DAVID: Binom-li bäldik? Klülos, das labom moni mödik.

KATLIN: Fümo no binom pöfikan; ye vobom ai: labom domi nilü zif, e tävom suvo länädio ad juitön belaluti us.

DAVID: Lifayelis liomödotik labom-li?

KATLIN: Tikob, das labom bäldoti yelas foldeg.

DAVID: Binom-li matan?

KATLIN: No nog, bi neai binom libü tedabüsid; ab fino labom jifleni go patiki - binons anu matirajanans!

DAVID: O löfäbs läbik! Benö! Düp kinid binos-li?

KATLIN: Binos düpalaf pos lul. Kikodo?

DAVID: Sülö! Mutob spidön, bi vilob kolkömön eli Samül tü foldil bü düp mälid.

KATLIN: Dönulogö! No latikolöd! Prüdö!

2. Répondez, en volapük, aux questions suivantes :

3. Décrivez KARL en ving mots (toujours en volapük !).

4. Voici comment l'on compte en volapük de 20 à 30 :

Teldeg;teldegbal;teldegtel;teldegkil;teldegfol;teldeglul;
202122232425
teldegmäl;teldegvel;teldegjöl;teldegzül;kildeg;
2627282930

Et encore plus loin de 40 à 90 :

foldeg;luldeg;mäldeg;veldeg;jöldeg;züldeg
405060708090

Écrivez donc maintenant en toutes lettres et en volapük les nombres suivants : 32, 45, 57, 68, 71, 84, 99.

VOLAPÜK VIFIK

David: Glidis dönu! Ya sevol obi: panemob David e binob balan flenas ela Samül. Ädelo ägolob domio oma, ven ekolkömob jieli Katlin; omemol sio, das binof flen jiela Janin, sör ela Samül. Benö! Bi äbinos te düp lulid soara, eprimobs ad spikön ode dö balan röletanas ofa. Jinos, das el Karl ya labom moni mödik, ed etuvob lifi omik mu nitediki! Jenöfo, tü düpalaf pos lul emutob spidön!

Katlin: Glidis dönu! I sevol obi ya! Binob Katlin, balan flenas ela Janin.

Ädelo ekolkömob eli David, kel ägolom domio flenaomik, ed eprimobs ad bespikön dinis in valem. Poso, ye, emäniotob, das spelob ad visitön hikösti liegik oba, hieli Karl,ed el David ävilom sevön bosi plu tefü om. Jenöfo, äspikobs ode dü düpalaf lölik. Sekü atos, el David ämutom spidön ad no latikön!

Karl: Glidis! Nem oba binon Karl; binob blod yunik de fat ela Katlin, e lödob in zif gretik nilo, kö dalabob domi smalik. Binob büsidan, e kodü at, vobob mödo, bi vilob ai kotenüköni laidaremanis, i dilekanefi fiama: labob bäldoti yelas foldegkil. Mödikna tävob ko matirajanan oba länädio ad juitön belaluti us.

Maxin: Glidis! Panemob Maxin. Binob jiflen patik hiela Karl - jenöfo binob matirajanan oma! Labob lifayelis kildegjöl e vobob ün timül at as yufan in bukiselidöp, bi enitedälob ai demü buks valasotik! Karl ed ob, spelobs ad matikön ünü yels tel. El Karl neai binom libü tedabüsid, ab suvo tävobs länädio ad juitön luti gudik us, e ad takädön boso in top jönik at. Dalabom domi in zif, e pos mated obas, desinobs ad lödön us.


Vous pouvez maintenant au choix, soit vous rendre à la leçon 6, soit réviser la leçon 4 !